Julian Lembke

Compositeur

Lauréat Fondation Banque Populaire 2021
Présenté par la Banque Populaire du Sud

Par le biais de mes projets, je m’intéresse à plein de disciplines différentes : la musique, la littérature, le théâtre, l’histoire, la peinture…

Né en 1985 à Hanovre dans une famille de comédiens qui laissa à sa musique une empreinte théâtrale, Julian Lembke se forme à la musique dès son plus jeune âge et poursuit des études de composition, de piano et d’écriture à la Hochschule für Musik de Detmold. Il est également titulaire d’un Master de Composition et d’un prix d’orchestration du CNSMDP (Conservatoire National supérieur de Musique et de Danse de Paris) où il étudia dans les classes de Gérard Pesson, Marc-André Dalbavie et Michaël Levinas. Depuis 2020, il réalise une thèse à l’Université Lumière Lyon 2/ENS sur les opéras d’Aribert Reimann, co-dirigée par Laurent Feneyrou et Emmanuel Reibel.

Il est lauréat de nombreux concours de composition, notamment le Prix Alain Louvier en 2015, le Prix Günter Bialas en 2013, le Deutscher Musikwettbewerb en 2011 ou le Prix John Cage en 2010, et boursier de la Fondation universitaire du peuple allemand, de la Cité Internationale des Arts Paris, de La Maison de Beethoven Bonn et de la Fondation de France.

En outre, Julian Lembke se produit en tant que percussionniste et pianiste et collabore à divers titres avec des institutions : il enseigna l’écriture au conservatoire de Detmold et travailla comme arrangeur et compositeur pour des projets théâtraux sur la scène du Théâtre National de Braunschweig.

Ses œuvres, qui varient entre musique de chambre, pour orchestre et projets pour la scène, sont jouées régulièrement, aussi bien en France qu’à l’étranger. En effet, depuis 2008, il se consacre avant tout à donner à son écriture le souffle dramatique qui la stimule tout spécialement. Il réalise ainsi plusieurs projets lyriques, dont l’opéra de chambre Rose. : rot. Nachtigall : tot (Rose : rouge. Rossignol : mort) d’après Oscar Wilde, qui exprime le penchant du compositeur pour le merveilleux. Créée en 2011 au Théâtre de l’Alliance des villes Halberstadt, cette œuvre est le chant de cygne du librettiste Andreas Bisowski. Le court-opéra error_403_verboten (erreur_403_interdit) relate quant à lui le destin d’un personnage en proie aux vices de la vie numérique. L’Institut de l’opéra du conservatoire de Detmold le programme en 2011. En 2014, l’opéra Bastille, en collaboration avec le CNSMDP, représente l’opéra Maudits les Innocents. Le livret de Laurent Gaudé donne l’occasion au compositeur, à qui est confié le 2e acte, de dresser une fresque historique. Plus récemment, la pièce de théâtre musical Inéru, donnée en 2016 au théâtre Acker Stadt Palast à Berlin, propose de réexplorer le rapport entre texte parlé et paroles chantées.

Parmi ses projets actuels compte un opéra d’après « Les Oiseaux de lune » de Marcel Aymé. Dans le cadre de ses recherches, il prépare actuellement la publication d’un recueil d’entretiens avec Aribert Reimann, qui paraitra aux Éditions MF en 2021.